Château de Cheverny

Cheverny (41 - Loir-et-Cher)

Les premières traces du domaine de Cheverny remontent au 14e siècle. Il n'y a alors qu'une maison, un pressoir et une vigne lorsque Jean Hurault, issu d'une vieille et illustre famille blésoise, le rachète aux Mareschau. En 1490, son descendant Jacques Hurault, intendant du roi Louis XII acquiert la seigneurie de la Grange, étendant ainsi la terre de Cheverny. Au fil des siècles, la demeure se transforme et présente un double visage, mi-résidence de plaisance, mi-forteresse. Mais il faudra attendre le 17e siècle pour voir apparaître le "nouveau" Cheverny sous l'impulsion d'Henri Hurault et de son épouse Marguerite Gaillard de la Morinière. De 1624 à 1634, le château que nous connaissons aujourd'hui vient remplacer l'ancienne demeure. Bâti avec la pierre blanche de Bourré, il présente une architecture beaucoup plus pavillonnaire marquée par une symétrie parfaite de ses lignes, signée de l'architecte Jacques Bougier. Si les façades demeurent relativement sobres, les intérieurs font l'objet d'une attention toute particulière. On fait appel aux plus prestigieux artistes de l'époque tels que Hevras Hammerber ou Jean Mosnier pour réaliser de somptueuses boiseries, sculptures et peintures... Reconnaissable entre tous, le château de Cheverny va connaître au 20e siècle une renommée inattendue. Le dessinateur Hergé, le "père" de Tintin va en effet s'en inspirer très largement pour créer Moulinsart, le château du capitaine Haddock ! Aujourd'hui, les communs abritent une exposition permanente consacrée au célèbre reporter, et mettant en parallèle Cheverny et Moulinsart. De quoi ravir les tintinophiles !

Ancien cheverny

L'ancien château de Cheverny
(Etienne Martellange, 1624) - Collection BNF

 

Infos pratiques
 

  • Accès : le château est situé au cœur du village de Cheverny, au sud de Blois. Il est extrêmement bien jalonné sur un large périmètre, donc peu de difficultés pour y accéder. Plusieurs parkings sont situés à proximité du domaine, le plus proche étant celui de l'Orangerie. Attention toutefois si vous souhaitez arriver au château un peu avant l'ouverture, les grilles de ce parking ne semblent être ouvertes qu'aux horaires mêmes du château. Dans ce cas, une autre solution consiste à stationner sur le parking public situé à l'arrière de l'église... Des services de navettes existent également depuis Blois et sa gare routière.

  • Organisation de la visite : le château est en visite libre avec livret explicatif et il existe également des possibilités de visites guidées. Plusieurs forfaits sont proposés, de la simple visite du château et des jardins, en passant par l'exposition Les secrets de Moulinsart ou encore des promenades en bateaux dans le parc...

  • Le petit plus : Cheverny, Moulinsart, les deux sont liés ! Pour rappeler que Cheverny a inspiré Hergé pour créer le fameux château de Tintin, une exposition permanente, Les secrets de Moulinsart a été aménagée dans les communs, et restitue en 8 pièces originales l'univers de la célèbre bande dessinée. On s'y retrouve en immersion dans la crypte du Secret de la Licorne, le salon et le laboratoire de l'Affaire Tournesol ou encore la chambre de Tintin. Un bonheur pour tous les fans de Hergé et du petit reporter !


www.chateau-cheverny.fr
Picto2 fb ChateaudeCheverny
Twitter2 chateaucheverny
Insta3 chateaucheverny

 


Ma visite du château

Après avoir franchi les portes du domaine, on aborde le château par sa façade sud, la plus emblématique et qui permet de le distinguer entre tous. Sa symétrie est parfaite : un pavillon d'entrée au centre, puis deux autres pavillons et deux tours rectangulaires aux angles. Sur toute sa largeur, elle est ornée de bustes d'empereurs romains. Elle fait face à une imposante allée, qui se poursuit par la route de Contres, d'où l'on peut jouir d'une perspective lointaine sur le château. Côté nord, la façade de style Louis XIII est entourée d'un fossé que l'on franchit par un pont de quatre arches.

Chev01 1

Chev02 1

Chev03 1

Dès l'entrée dans le château, la richesse des décors vient contraster avec la sobriété des façades. Au rez-de-chaussée, la salle à manger se dévoile au détour d'une galerie longeant la façade sud. Elle est dominée par une cheminée de style néo-renaissance arborant le buste du roi Henri IV. Tendue de cuir de Cordoue, elle est, tout comme la galerie adjacente ornée de 34 panneaux illustrant Don Quichotte, le roman de Cervantes. On doit cette remarquable réalisation au peintre Jean Monier, qui œuvra également sur les plafonds, poutres et solives.

Chev04 1

Chev05 1

Chev06 1

Chev07 1

On accède ensuite au premier étage du château en empruntant l'escalier d'honneur de style Louis XIII, dont les volées rampe sur rampe sont richement sculptées.

Chev08 1

Chev09 1

La visite se poursuit alors par une suite de pièces aux dimensions réduites, et qui constituent les appartements privés. On y découvre successivement une chambre des naissances permettant aux mères de présenter leur enfant, un boudoir rouge, une chambre d'enfant et enfin la chambre des mariés. À l'extrémité de l'aile, sur la tour d'angle, la salle à manger et son petit salon reflètent un caractère plus intime d'un château toujours habité de nos jours.

Chev10 1

Chev11 1

Chev12 1

Chev13 1

Chev14 1

Chev15 1

Chev16 1

Sur l'aile est, se trouve la salle d'armes, la pièce la plus vaste du château. Elle présente une collection d'armes et d'armures du 15e au 17e siècle, ainsi que des coffres de voyage et même une chaise à porteur. L'une des pièces remarquables de cette salle est la tapisserie du 17e siècle, issue de la manufacture des Gobelins et représentant l'Enlèvement de la belle Hélène. Dans le prolongement de la salle d'armes, la splendide chambre du roi recouverte d'une suite de tapisseries des Ateliers de Paris, représentant des scènes de l'Odyssée. L'imposant lit à baldaquin est recouvert de soieries persanes brodées au 16e siècle.

Chev17 1

Chev18 1

Chev19 1

Chev20 1

Chev21 1

Au sommet de l'escalier, au deuxième niveau, la chapelle privée du château est une réalisation plus récente. Achevée au 19e siècle, elle possède notamment un vitrail provenant de l'église parisienne des Jacobins.

Chev22 1

De retour au rez-de-chaussée, sur l'aile ouest cette fois, on accède au grand salon avec ses splendides décors, en partie restaurés au cours du 19e siècle. Il présente une galerie de portraits de la famille comtale de Cheverny. Cette série de portraits se prolonge dans la galerie, où l'on retrouve également des toiles représentant notamment le roi Louis XVI, ou encore un autoportrait du peintre attitré de Louis XIV, Hyacinthe Rigaud...

Chev23 1

Chev24 1

Chev25 1

Occupant la tour d'angle, on découvre successivement le petit salon présentant la suite des portraits de la famille, puis la magnifique bibliothèque abritant 2 000 ouvrages, dont des collections complètes. Enfin, l'ultime pièce de la visite est le salon des tapisseries, où 5 tapisseries des Flandres datant du 17e siècle sont exposées. On y retrouve également un remarquable régulateur d'époque Louix XV, qui permet encore de nos jours de marquer heures, minutes, secondes, jours, dates et phases de la lune ! Une pièce d'exception qui permettait de régler les autres horloges du château...

Chev26 1

Chev27 1

Chev28 1

Chev29 1


Mes impressions de visite :  ****

Le château de Cheverny est l'un des monuments les plus visités du Val de Loire. La richesse de ses intérieurs en est une explication évidente, mais pas que... Cheverny doit également sa renommée à son vaste domaine, un parc immense avec canaux, un jardin des apprentis, un jardin potager, un chenil... Et puis aussi, au célèbre Moulinsart, le château de Tintin (ou plutôt de Haddock !) qui aujourd'hui est indissociable de Cheverny. Tellement indissociable qu'une exposition permanente a été aménagée dans les communs du château, avec reconstitutions de scènes emblématiques des aventures du reporter. Les tintinophiles comme moi ne peuvent qu'apprécier cette immersion originale ! Pour en revenir au château en lui-même, la visite est bien organisée, avec un fascicule complet et un circuit bien identifié. Le petit bémol selon moi est le côté justement un peu trop aseptisé de cette visite : barriérage un peu excessif du circuit de visite et présence un peu trop invasive de dispositifs de protections (vitrages notamment) qui gâchent un peu l'appréciation des œuvres. Cela reste bien sûr mon avis personnel mais pour autant, la visite du Cheverny demeure quoi qu'il en soit une étape immanquable dans le Val de Loire. Enfin, et pour apprécier au mieux la visite, je formulerais les mêmes conseils que pour d'autres châteaux tels Chenonceau ou Amboise, en particulier de bien choisir vos horaires. Une arrivée au château immédiatement à l'ouverture vous permettra notamment d'éviter la cohue !

Visite effectuée en mars 2017

Vous avez déjà visité ce château ?
N'hésitez pas à donner vos impressions en ajoutant un commentaire ci-dessous !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.