Château de Fougères-sur-Bièvre

Fougères-sur-Bièvre (41 - Loir-et-Cher) 

Alors que la plupart des châteaux du Val de Loire sont fortement ancrés dans l'architecture de la Renaissance, le château de Fougères-sur-Bièvre fait figure d'exception. Bâti à la toute fin de l'époque gothique, alors que la Première Renaissance française commence à poindre, il se présente comme le château-fort idéal. De la forteresse primitive, on ne sait que peu de choses précises, si ce n'est qu'elle fut réduite à l'état de ruine durant la guerre de Cent Ans. La légende veut qu'Édouard III d'Angleterre soit à l'origine de ce démantèlement, mais des recherches historiques plus poussées semblent infirmer cette théorie. Ce n'est qu'au cours du 15e siècle que le "nouveau" Fougères apparaît. En 1470, Pierre de Refuge, conseiller du roi Louis XI obtient de ce dernier l'autorisation de fortifier cette demeure dont il a hérité. Il fait ainsi bâtir une nouvelle forteresse, particulièrement imposante et dont la pierre de construction —du calcaire dur de la Beauce, choisi entre autre pour des raisons économiques— vient renforcer le caractère austère. Ce choix d'une architecture défensive est d'autant plus anachronique que depuis la fin de la Guerre de Cent Ans, le calme est revenu dans les contrées, et la mode des demeures de plaisance pour les nouvelles constructions commence petit à petit à apparaître... Mais pour autant, le cas de Fougères est loin d'être atypique, d'autres constructions contemporaines comme Langeais ou le Plessis-Bourré optant également pour cette architecture militaire, qui à défaut d'être réellement efficace sur le plan défensif, a au moins le mérite d'être ostentatoire ! Dès le début du 16e siècle, le petit-fils de Pierre de Refuge, Jean de Villebresme, poursuit la construction du château mais cette fois, pas question d'ignorer le nouveau style architectural de l'époque : on lui ajoute donc des éléments Renaissance. Ainsi apparaissent la chapelle, le grand logis qui vient fermer la cour intérieure et la galerie ouverte qui offre quelques similitudes avec celle du château de Blois. Dans les siècles qui suivent, le caractère défensif du château devient de moins en moins marqué : les ouvertures sont agrandies et l'on fait disparaître le pont-levis et les douves. Au 18e siècle, le châtelain voisin de Boissay, René Lambot rachète le domaine de Fougères. Dès 1813, il installe dans les murs du château une filature, allant même jusqu'à dévier et canaliser le cours de la Bièvre pour le faire passer sous l'ancienne chapelle. Fonctionnant jusqu'en 1901, elle sera ensuite remplacée par une scierie jusqu'en 1911. En 1932, le château, très dégradé, est acquis par l'État qui entreprend sa restauration et l'ouvre au public par la suite. Il est désormais intégré au réseau du Centre des Monuments Nationaux.

 

Cpfougeres

Le château au temps de la filature

 

Infos pratiques
 

  • Accès : le château est situé au cœur du village de Fougères-sur-Bièvre, au sud de Blois. Un parking est situé à l'entrée immédiate du château, sur la route de Cour-Cheverny.

  • Organisation de la visite : le château est en visite libre, grâce notamment à un fascicule explicatif remis à l'accueil et également téléchargeable sur le site internet. Ce document reste toutefois succinct, et pour en apprendre davantage sur le château et son histoire, ne pas hésiter à se procurer le guide de la collection "Itinéraires" des Editions du Patrimoine, en vente à la boutique. Les photos sont autorisées dans les intérieurs du château.
     

www.fougeres-sur-bievre.fr
Picto2 fb ChateauDeFougeresSurBievre

 


Ma visite du château

 

Situé au cœur de Fougères-sur-Bièvre, le château et ses hautes tours dominent la place du village. Le caractère de maison-forte bâtie sur un plan quadrangulaire apparaît clairement au premier coup d'œil. La façade d'entrée du château, particulièrement impressionnante depuis la basse-cour, est composée de hautes murailles aveugles percées par une porte qui garde les traces de l'ancien pont-levis. 

Fou01

Fou02

Fou03

Fou04

Elle permet d'accéder à la cour intérieure, où se dévoile la galerie à arcades, trace de la transformation du château au début de la Renaissance, et portant de fortes similitudes avec celle du château de Blois.

Fou05

Fou06

Fou07

L'accès aux intérieurs du château se fait par la galerie ouverte, et l'on débute la visite par la chapelle, ou du moins ce qu'il en reste. En effet, l'installation de la filature au cours du 19e siècle entraîna notamment la destruction de la voûte d'ogives, dont seuls subsistent aujourd'hui les culots sur lesquels elles retombaient. Sur l'aile sud, la grande salle basse accueillait bals et banquets et communiquait avec la grande salle haute, située au premier étage.

Fou08

Fou09

En empruntant le niveau supérieur de la galerie, présentant un magnifique charpente en forme de carène de bateau renversé, on rejoint l'imposant donjon quadrangulaire dont les étages supérieurs abritaient des chambres de parement. Franchissant la poterne par le chemin de ronde, on accède ensuite au logis ouest, composé de la tour ronde et du petit corps de logis. La disposition de ces appartements est identique aux différents étages : chambre de retrait avec latrines dans la tour circulaire et chambre avec garde-robe dans le petit corps de logis.

Fou10

Fou11

Fou12

Fou13

Fou14

Fou15

Fou16

Fou17

Fou18

Le rez-de-chaussée du petit corps de logis était quant à lui occupé par les cuisines dont la mauvaise évacuation des fumées explique la noirceur des poutres. La base de la tour circulaire abrite quant à elle une casemate, ancienne salle de défense où quatre archères-canonnières permettaient un tir rayonnant.

Fou19

Fou20

Fou21


Mes impressions de visite :  ****

Un peu à l'écart des circuits touristiques traditionnels des châteaux du Val de Loire, Fougères-sur-Bièvre est un site quelque peu atypique mais non moins dénué d'intérêt. L'histoire et l'architecture des lieux n'y sont pas étrangères, et font de ce "château-fort idéal" une étape que je vous recommande sans hésiter. N'étant moi-même pas vraiment fan des châteaux de style défensif, j'avoue avoir été agréablement surpris par cette visite et notamment par les explications délivrées au fur et à mesure du circuit, traitant notamment des usages et fonctions d'une telle demeure et des pièces qui la composent. Même l'absence de mobilier (seules les chambres du logis ouest en sont pourvues), qui généralement peut vite faire d'un château une coquille vide peu agréable à visiter, n'est pas vraiment dérangeante dans le cas précis de Fougères (sauf peut-être pour les grandes salles basses et hautes, un peu trop vides à mon goût pour leur surface imposante...). Et puis, ce que j'ai étrangement apprécié durant ma visite est le sentiment de désorientation ! En effet, le château est de forme quadrangulaire, et le circuit de visite (je vous rassure, très bien fléché !), qui emprunte chemins de ronde (certains en cul de sac !) et escaliers à vis nous emmène d'un logis à l'autre, un peu dans tous les sens, faisant vite perdre ses repères et apportant un charme indéniable au circuit ! Et pour finir, un détour par les jardins d'inspiration médiévale s'impose, histoire d'admirer le monument sous différents angles...

Visite effectuée en mars 2017

Vous avez déjà visité ce château ?
N'hésitez pas à donner vos impressions en ajoutant un commentaire ci-dessous !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.