Château de Talcy

Carte talcy

Au début du 16e siècle, lorsque Bernard Salviati, banquier florentin qui finança en partie les campagnes italiennes des rois de France, rachète la seigneurie de Talcy, celle-ci n'est qu'une demeure agricole fortifiée, accolée à l'église du village. Nous sommes ici en effet au nord de Blois, au début de la plaine céréalière de la Beauce. Bernard Salviati décide de transformer sa nouvelle demeure, tout en lui gardant son aspect défensif comme en témoigne l'imposante tour-porche. Mais pour autant, alors que l'architecture Renaissance est en vogue dans la région, comme en témoigne le château voisin de Chambord, on conserve à Talcy le modèle architectural de la fin du Moyen Âge, agrémenté toutefois d'une galerie ouverte qui n'est pas sans rappeler celles que l'on peut rencontrer à Blois ou à Fougères-sur-Bièvre... Durant l'ère Salviati, Talcy peut s'enorgueillir du surnom de "château des muses". En effet, en 1545, Cassandre, fille de Bernard Salviati rencontre le poète Pierre de Ronsard lors d'un bal donné à la cour de Blois. Ce dernier en tombera éperdument amoureux, et s'en inspirera pour écrire les Amours de Cassandre, ainsi que le célèbre "Mignonne, allons voir si la rose..." Diane, la nièce de Cassandre inspirera quant à elle le poète protestant Agrippa d'Aubigné, qui l'évoquera dans L'Hécatombe à Diane. Ainsi, par le domaine littéraire et poétique, Talcy rentrera dans la postérité ! Au début du 18e siècle, le domaine de Talcy est racheté par un seigneur protestant, Pierre du Candal qui, sans descendance en fera don en 1716 à l'un de ses beaux-frères, Jérémie Burgeat. Talcy retrouve alors sa vocation de domaine agricole, avec vigne, céréales, élevage... En 1779, le dernier héritier de la famille Burgeat décide de vendre le domaine, et c'est Élisabeth Gastebois, une veuve parisienne issue d'une famille protestante qui s'en porte acquéreur et poursuit l'activité agricole. Au fil de divers héritages familiaux, le château revient au cours du 19e siècle à Philipp Albert Stapfer, qui fut ministre de l'Éducation de la République helvétique et l'un des créateurs du canton d'Argovie, puis à son fils Albert. Les Stapfer se séparent dès lors du vaste domaine agricole, si bien que Talcy ne se limite plus qu'à une résidence de campagne. Ouvert au public dès 1908, le château de Talcy est vendu à l'État en 1933. Intégré au réseau du Centre des Monuments Nationaux, il bénéficie en 1996 d'une mise en valeur de ses jardins, devenus conservatoire arboricole...

Visuel talcy

Agrippa d'Aubigné
(1552 - 1630) - Collection BNF
  Pierre de Ronsard
(1524 - 1585)

 

 

Infos pratiques
 

  • Accès : le château est situé au centre du village de Talcy, situé à quelques kilomètres au nord-est de Blois. Sur la place de village, des places de stationnement sont mises à disposition des visiteurs.

  • Organisation de la visite : la visite du château peut se faire soit librement, soit guidée. Afin d'en apprendre un peu plus sur le château et son histoire, je ne peux que vous recommander le guide édité par les Editions du Patrimoine dans la collection Itinéraires...

 

Château de Talcy
18 rue du Château
41370 TALCY
Tel. 02 54 81 03 01

www.chateau-talcy.fr
Picto2 fb chateaudetalcy
Twitter2 leCMN
Insta3 lecmn

 


Ma visite du château

 

Depuis les rues du village beauceron, le château se distingue par son impressionnante tour-porche, qui rappelle le caractère défensif voulu par Bernard Salviati lors de sa reprise du domaine. À l'intérieur, la cour d'honneur ouvre une perspective vers les jardins du château. Une galerie ouverte, semblable à celles que l'on peut retrouver dans les châteaux voisins de Blois et Fougères vient apporter une touche Renaissance à l'aile sud. C'est d'ailleurs par cette galerie que l'on accède à l'intérieur du château...

Tal01

Tal02

Tal03

Tal04

La première pièce rencontrée au rez-de-chaussée est la grande salle. Au temps des Salviati, elle servait de pièce à vivre, puis devint, sous la famille Stapfer, un lieu de culte. Un panneau de bois sculpté, provenant vraisemblablement d'un temple protestant orne d'ailleurs le manteau de la cheminée, et vient rappeler cette ancienne vocation. Dans son prolongement, l'office puis la cuisine ouvrent sur l'aile est.

Stapfer
Albert Stapfer
(1802 - 1892)

Tal05

Tal06

Tal07

Tal08

Tal09

Sur l'aile est, l'antichambre occupe une ancienne canonnière voulue par les Salviati, illustrant encore une fois le caractère défensif du château à leur époque. Dès le 19e siècle, cette pièce occupa plusieurs fonctions successives : salle de billard, laverie puis cabinet de travail. Elle est directement liée à la chambre de Charles IX, dénommée ainsi pour rappeler le passage du jeune roi et de sa mère Catherine de Médicis à Talcy en 1562. Mitoyenne de la nef de l'église, la chambre ouvre également sur un ancien fruitier -non visitable-, aménagé en cabinet de toilette au 18e siècle.

Tal10

Tal11

Tal12

 

Agrippa aubigne
Agrippa d'Aubigné
(1552 - 1630)
Au premier étage, nous retrouvons suivant la même disposition la chambre de Catherine de Médicis. Tout comme pour la chambre du rez-de-chaussée, cette appellation s'inspire plus des événements historiques s'étant déroulés au château que du réel usage des pièces. En effet, nous sommes ici dans la chambre d'Isabelle Salviati, qui jadis communiquait avec une tribune de l'église voisine. La chambre ouvre sur un petit cabinet, qui fut garde-robe et chambre de domestique.

 

Tal13

Tal14

Tal15

 

En poursuivant sur l'aile est, la pièce suivante rappelle une toute autre histoire, celle-ci militaire. Nous sommes dans la chambre du Général Chanzy, chef de l'une des divisions de la Loire lors de la guerre de 1870. Cette guerre opposant Français et Prussiens place la région de Talcy au cœur de rudes conflits durant plusieurs mois, le gouvernement français s'étant établi à Tours, les Prussiens envahissant Orléans dans le même temps. Durant cette période, le général Chanzy établit son quartier général dans l'étage du château, tandis que son hôte Albert Stapfer couvre les événements dans des chroniques de presse. Passé le petit cabinet de toilette, on accède à la chambre des Demoiselles, aménagée en 1835 pour les deux filles d'Albert Stapfer, puis au cabinet Stapfer. Cet ancien cabinet de toilette fut transformé en bibliothèque par Albert Stapfer.

Chanzy
Général Alfred Chanzy
(1823 - 1883)

 

Tal16

Tal17

Tal18

Tal19

Tal20

Tal21

Tal22

Ronsard cassandre
Pierre de Ronsard (1524 - 1585)
Cassandre Salviati (1531 - 1607)
Le premier étage de l'aile sud est constitué d'une enfilade de salons. Tout d'abord le petit salon, aménagé en lieu et place de l'ancienne chambre de la maîtresse de maison, puis la salle à manger où l'on retrouve les monogrammes d'Isabelle Salviati. Enfin, occupant l'étage de la tour-porche, le salon de compagnie où sont disposées des tables à jeux. Le décor du à Jérémie Burgeat se caractérise par un raffinement qui illustre l'art de vivre à Talcy au fil des siècles...

 

Tal23

Tal24

Tal25

Dans la basse-cour du château, attardons-nous un instant sur l'imposant colombier du 16e siècle. Impressionnant de par sa taille, il l'est tout autant à l'intérieur puisque l'on y dénombre 1 400 trous de boulins. Lorsque l'on sait qu'un trou de boulin correspond à la possession de 50 ares de terres, on imagine aisément l'importance du domaine de Talcy...

Tal26

Tal27

 


Mes impressions de visite :  ****

Un peu à l'écart du Val de Loire où se concentrent bon nombre des plus célèbres châteaux de la région, Talcy fait figure d'exception, et se révèle finalement comme une petite pépite injustement méconnue. Certes il n'a pas forcément connu autant d'illustres événements que ses voisins du bord du fleuve, mais son caractère atypique séduit incontestablement. Tout d'abord par sa situation. Nous sommes ici dans les prémices de la plaine de la Beauce, et les paysages diffèrent complétement de ce que l'on peut voir le long de la Loire. Ce caractère de "château champêtre" ressort alors particulièrement. Puis par l'intimité des lieux. Le château est resté tel quel, si bien que l'on pourrait même s'imaginer arriver, lors de notre visite, les derniers propriétaires des lieux... En enfin le calme et une atmosphère de bien-être qui se dégage de ces lieux. Vous l'aurez compris, je suis réellement tombé sous le charme de Talcy, et ne peux au final que vous le recommander si vous passez dans la région. Si à cela s'ajoute le très bon accueil qui vous y est fait, on peut aisément considérer Talcy comme une étape incontournable sur la route des châteaux du Loir-et-Cher... 

Visite effectuée en mars 2017

Vous avez déjà visité ce château ?
N'hésitez pas à donner vos impressions en ajoutant un commentaire ci-dessous !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.