Château de Hautefort

Carte hautefort

Bâti sur un promontoire dominant la cité, le château de Hautefort, véritable joyau du Périgord est visible des kilomètres à la ronde, jusqu'aux premiers contreforts du Limousin. L'édifice actuel occupe l'emplacement d'une forteresse médiévale, propriété des vicomtes de Limoges, passée à la maison de Born au 12e siècle puis assiégée par Richard Cœur de Lion en 1183. Détruite aux 16e et 17e siècles, l'ancienne forteresse devient dès 1640 une demeure de plaisance pour le compte du marquis Jacques-François de Hautefort, premier écuyer de la reine Anne d'Autriche, épouse de Louis XIII. Les travaux sont menés par l'architecte lorrain Nicolas Rambourg, qui apporte à l'édifice une touche classique avec notamment une composition symétrique des façades. En 1929, le château, devenu au fil des années inhabitable est racheté par le baron Henry de Bastard qui engage d'importants travaux de restauration qui seront poursuivis à sa mort en 1957 par son épouse Simone. Le 30 août 1968, un incendie détruit le corps de logis principal, nécessitant une nouvelle campagne de restauration des lieux. Afin de contribuer à l'entretien et à la restauration du château, la baronne crée en 1990 la Fondation du château de Hautefort, aujourd'hui gestionnaire des lieux. Autour du château, se dessinent des jardins à la française et un parc à l'anglaise qui offrent des vues imprenables sur la campagne environnante.

Jfhautefort

Jacques-François de Hautefort (1610-1680) 

 

Infos pratiques
 

  • Accès : le château au sommet du village de Hautefort. Il existe des solutions de stationnement à l'entrée immédiate du parc du château, mais vite saturées certains jours.

  • Organisation de la visite : le château est en visite libre. Un fascicule très bien renseigné est remis à l'entrée et retrace l'histoire des lieux et la description de certaines des pièces visitables. Des panneaux explicatifs sont disposés dans les salles des appartements. Des guides sont également présents dans les lieux pour répondre à vos diverses interrogations. Concernant l'usage d'appareils photos, la signalétique est quelque peu floue et contradictoire. Dès l'entrée dans le parc et la cour d'honneur, des pictogrammes avec l'appareil photo intégralement barré sont mis en évidence, tandis que le fascicule de visite rappelle juste l'interdiction de filmer et de photographier avec usage du flash. Renseignement pris auprès de l'un des guides présent dans le château, les photographies sont en fait autorisées, mais sans flash...


Château de Hautefort
Le Bourg
24390 HAUTEFORT
Tél. 05 53 50 51 23


www.chateau-hautefort.com
Picto2 fb Château-de-Hautefort
Insta3 chateaudehautefort

Maisonillustres Jardinremarquable

 


Ma visite du château

 

Après l'entrée dans le parc, le château se dévoile par sa façade ouest qui présente quelques caractéristiques défensives avec son pont-levis. L'ouverture se fait ensuite sur la cour d'honneur et sa galerie d'arcades desservant l'ensemble du rez-de-chaussée.

Haut01

Haut02

Haut28

Haut03

Haut04

Haut05

Haut06

Haut07

La visite du premier étage commence par l'escalier d'honneur donnant sur l'aile nord du château. La première pièce rencontrée est l'imposante salle des cheminées.

Haut08

Haut09

Haut10

Dans le prolongement de la salle des cheminées, le vestibule des appartements ouvre sur la chambre de Monsieur. Celle-ci est occupée par un majestueux lit à la polonaise de la fin du 18e siècle.

Haut11

Haut12

Haut13

Dans la tour carrée de l'extrémité ouest de l'aile a été aménagé le grand salon, et dans l'enfilade le cabinet de travail. On retrouve ensuite la chambre de Madame, restaurée il y a peu.

Haut14

Haut15

Haut16

Haut17

Haut18

La visite se poursuit ensuite par le rez-de-chaussée, avec la salle à manger puis la chambre d'honneur. Cette dernière est remarquable par sa lit à baldaquin ainsi que par ses murs recouverts de cuir de Cordoue. La chambre ouvre enfin sur la salle des tapisseries, donnant directement sur la galerie de la cour d'honneur.

Haut19

Haut20

Haut21

Haut22

Haut23

Haut24

Sous l'aile nord, des galeries souterraines où ont été aménagées au 17e siècle les cuisines constituent un véritable réseau en marge du château. Dans ces galeries furent conservés durant la Seconde Guerre Mondiale des vitraux d'édifices religieux d'Alsace-Lorraine ainsi que des ouvrages précieux des bibliothèques de Colmar et de Strasbourg.

Haut25

Haut26

Haut27


Mes impressions de visite :  ****

Lorsque l'on s'approche de Hautefort, et que se détache la majestueuse silhouette de son château, on ne peut qu'être tenté d'en franchir les portes pour aller le découvrir de plus près. Et la visite ne déçoit pas, tant par la richesse de son architecture que de son mobilier, même si on peut la considérer un peu trop rapide par rapport au caractère imposant de l'édifice. De même, le côté un peu trop strict de la visite, en particulier la (très longue) liste des diverses interdictions (justifiées, soit, mais un peu trop présentes et répétitives) et la présence un peu pesante de personnels surveillant en permanence les visiteurs peuvent laisser un peu perplexe... À l'issue de la visite du château et de ses souterrains, une promenade dans les jardins s'impose, et permet de s'offrir des vues somptueuses sur la campagne environnante, ainsi que sur le château sous différents angles.

Visite effectuée en avril 2016

Vous avez déjà visité ce château ?
N'hésitez pas à donner vos impressions en ajoutant un commentaire ci-dessous !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.